Quels défis pour la couverture des soins de santé en RD congo

cramu

Le but de cet article est de faire une analyse objective sans aucune considération politique en se basant sur la réalité congolaise pour essayer de déterminer quelques défis auxquels le gouvernement de la RD Congo doit faire face pour que le système des soins de santé soit accessible à toute la population.

 

La couverture universelle des soins de santé est l’un des objectifs principaux de l’actuel gouvernement de la RD Congo. Le progrès social dont la population congolaise a toujours rêvé pendant des années se retrouve dans le programme politique du chef de l’état. Cependant  plusieurs questions essentielles se posent entre autres, comment va être financé la couverture Universelle en RD Congo ?

 

Avant de se pencher sur la problématique du financement de ce  programme qui se veut ambitieux, nous devons avant toute chose savoir le nombre exact de la population congolaise. Force est de constater qu’il n’existe pas à ce jour aucune donnée sérieuse en ce qui concerne le nombre exact de la population congolaise. En effet, le dernier recensement fiable a eu lieu en 1984[1]. Depuis lors la démographie congolaise semble être une énigme pour les sociologues et les politiques congolais.  Plusieurs gouvernements se sont succédé mais aucun n’a réussi à mener un recensement.

 

Par ailleurs, la RD Congo est signataire du protocole de Bamako[2]. Ce protocole  avait pour objectif la réduction de l’intervention de l’Etat dans les financements de la santé[3]. Ceci a eu comme conséquence la dégradation des structures hospitalières qui n’étaient déjà pas conforme aux normes internationales, une vétusté des appareils médicaux ainsi qu’une baisse de la  qualité des soins données. Il convient de noter également qu’à tout ceux-ci vient se rajouter les problèmes de bonne gouvernance. 

 

En même temps,  le pays est fort dépendant de l’aide internationale en qui ce qui concerne le domaine médical[4]. Rappelons que les soins de santé font partis des services publics et il est de la responsabilité du gouvernement d’assurer les services publics de qualité à l’ensemble de la population. Pourtant, en 2008 la RD Congo occupait la sixième position dans la liste des pays défaillants dans  la gestion de fournir des services publics à ces administrés[5].

 

La conjonction du désengagement de l’état du point de vue du financement et de la réglementation d’une part, de la mauvaise gouvernance d’autre part a conduit à l’anéantissement du système de santé.

L’organisation mondiale de la santé (OMS), recommande aux états africains d’affecter 15% de leur budget national aux soins de santé pourtant  la RD Congo  en 2008 a alloué 3% de son budget annuel dans ce domaine. 

 

En RD Congo, des milliers de familles n’ont pas accès aux soins de santé. Le manque de ressource financière pousse certaines familles à garder leurs malades à la maison ce qui diminue les chances de survie. La couverture universelle permettrait à la population de bénéficier des soins de santé quelque soit  le niveau de revenus et permettra ainsi à toute la population mais surtout aux plus démunis de bénéficier d’une couverture des soins de santé. Elle permettra également de réduire l’écart entre les riches et les pauvres en ce qui concerne l’accès aux soins.

 

Jean-luc katema Mulumba

 

Expert en Assurabilité chez Partenamut

GSM : 0032 486 501 268

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account